Nous avons rencontré Pierre-Emmanuel Pessemier, fondateur de SLIKAPROD, une entreprise roubaisienne spécialisée dans la réalisation de reportage et de documentaires, qui offe ses services dans le conseil et la formation en audiovisuel pour les entreprises. 

Son parcours professionnel, mais aussi la façon dont il conçoit son activité de producteur se retrouve dans la manière dont sont réalisés  les moocs de Hubmode

Interview

Pour découvrir son interview en intégralité :

Parlez-nous de votre métier ; comment en êtes-vous arrivé là ?

  • – « Je suis journaliste de télévision ; j’ai pratiqué tous les métiers de ce métier : comme reporter, correspondant en région ou encore grand reporter dans la rédaction d’une chaîne de TV nationale. J’ai aussi été réalisateur de documentaire et producteur d’une émission spécialisé dans les nouvelles technologies dans la Silicon Valley, en Californie. J’ai travaillé à la télévision dans tous les genres traditionnels du reportage ou de la présentation mais aussi créé des programmes de télévision « pédagogique » ou il s’agissait d’expliquer une notion complexe de façon pratique avec du graphisme, un séquençage précis, une mise en image des commentaires.
  • Lorsque je suis rentré de l’étranger, après 5 ans dans les Balkans comme attaché de coopération audiovisuelle pour le gouvernement français, j’ai fondé SlikaProd (NB : slika veut dire image en serbo-croate) dans le but de réaliser des reportages et des documentaires de bout en bout, de la conception à la diffusion.
  • Les moyens de production numériques permettent aujourd’hui souplesse, réactivité et faible coût .. et la diffusion sur internet offre à tous une grande liberté »…

Comment avez-vous rencontré l’équipe de Hubmode ?

– « J’ai rencontré Annick Jehanne il y a 4 ans, à Roubaix ; elle m’a parlé du projet de plate-forme de formation qu’elle comptait lancer, je lui ai raconté mon expérience  de télévision pédagogique.

C’est ainsi que nous avons tourné en une heure le clip de lancement de la campagne de crowfunding de HubMode, dans les coursives de la Plaine Image avec une petite Gopro !  Et je suis rentré dans la coopérative avec d’autres actionnaires ».

Quels sont les travaux que vous avez réalisés pour Hubmode ?

– «  Presque toutes les vidéos diffusées par Hubmode !. Sur tous les thèmes, soit le fil, la trame, le denim, la confection…, les formations ou encore les plateaux et interviews des experts. J’ai réalisé des reportages, des mini-documentaires d’entreprises, des portraits de personnalités ; j’ai filmé des salons, des vidéos d’aide à la vente, ou encore des tutos.

J’ai aussi tourné les reportages des trois éditions des FashionTechDay dans lesquels Hubmode est très présent, avec une équipe de pros qui peaufine son expérience d’années en années. En 2017, nous avons diffusé en direct sur le web toutes les conférences et les tables rondes avec des moyens extrêmement légers … et compétitifs»

Y-a-t-il des projets en cours avec Hubmode ?

– « Nous allons tourner un reportage au Portugal pour le MOOC maille dans un mois.

Mais Slikaprod est aussi aux côtés des FashionGreenDays qui se tiendront en mai et bien sûr aussi du grand projet Plateau fertile porté par Nordcréa, qui regroupe les principaux acteurs de la mode et du textile responsble des Hauts de France.

Ma société est roubaisienne et elle veut rester profondément enracinée dans ce territoire.

Faire de l’info, du reportage ou du documentaire, c’est pour moi s’intéresser à l’activité, aux rêves et aux projets de ceux avec qui je vis.

Pour finir pouvez vous-nous nous expliquer comment se déroule la création d’un projet ?

– « Je suis très libre dans mon travail et c’est ce que j’apprécie avec les équipes d’Hubmode. Ça commence par une idée ou le projet d’une illustration en reportage et c’est sur le terrain que tout se réalise dans un premier temps.

Par exemple, j’ai réalisé des reportages pour une entreprise de Tourcoing qui fabrique du fil d’inox. J’ai filmé et j’ai séquencé toute la chaîne de fabrication, ce qui représente une grosse demi-journée de tournage. Le montage d’une première maquette de séquences illustrée par des interviews est ensuite validé par un expert. La phase finale d’ajouts de textes à l’écran (synthés ou cartons en jargon de télé) ou de commentaires, l’illustration musicale et de mixage est ensuite réalisée. Elle est beaucoup plus longue de 3 à 5 fois. Comme pour n’importe quel documentaire, c’est une véritable écriture qui s’apparenterait plutôt à la broderie quand on observe une timeline de montage virtuel.

La télévision pédagogique, explicative, qui s’adresse aux métiers et aux entreprises n’est pas un sous-genre, vous savez les « ménages » qu’on a opposés au grand reportage.

La diffusion sur le web permet aujourd’hui de s’adresser à tous les centres d’intérêt ,et de partager la connaissance avec le plus grand nombre !

Antonin pour @hubmode